Message du prisonnier politique Abolghassem Fouladvand condamnant la sentence de mort de Ramin Hossein Panahi

« Encore une fois, les criminels ont décidé de commettre un autre crime et ont promis l’exécution de Ramin Hossein Panahi pour après le Ramadan.

Ô meurtriers ; Ô bourreaux ! Quarante ans de massacre de ce peuple et d’effusion du sang de ses jeunes ne suffisent pas ? Honte à vous et à votre régime qui sans exécutions et supplices ne peut rester en place. C’est le comportement propre aux dictateurs dans notre histoire.

Depuis Zahak* qui pour rester en vie, devait sacrifier chaque jour la vie de deux jeune, jusqu’à ce jour où dans ces noirceur et ruine que vous avez propagés sur ce pays, vous versez le sang de cette nation.

Nous n’avons pas oublié les années 80 quand vous avez fusillé des prisonniers politiques dans les prisons ; quand suite aux tueries et massacres nocturnes des détenus politiques innocents, vous avez enterrés leurs corps dans des fosses communes, dans des tombes anonymes. Un autre jour, vous assassinez les pauvres et laborieux transporteurs des montagnes [de Kurdistan], vous tirez sur les jeunes baloutches dans les rues, ou vous érigez des potences et vous organisez des exécutions…

Et maintenant, c’est le tour du jeune prisonnier Ramin Hossein Panahi.

Que La Malédiction Soit Sur Vous. Vous qui avez versé durant quarante ans le sang des hommes et des femmes d’Iran et êtes encore assoiffés du sang de ce peuple. Ceci, bien sûr, reflète la défaillance et le pourrissement d’un régime qui s’agite sur la pente de sa chute. Ceci montre votre peur des jeunes qui réclament leurs revendications dans la rues et crient la mort du dictateur

Tout en condamnant la peine de mort pour Ramin Hossein Panahi, je demande au public et en particulier aux activistes politiques et aux militants des droits de l’Homme, de déployer tous les efforts pour lui sauver la vie.

Nous ne pardonnons pas et n’oublions pas tous ces crimes, mais nous demandons des comptes. Heureuse nouvelle, votre règne prend fin et le grand jour de la liberté du peuple iranien arrive. »

Abolghassem Fouladvand –Prison Rajaï shahr – juin 2018

_____________________________________________________________
*Personnage mythique de la Perse antique avec deux têtes de serpent sur les épaules. Pour garder les serpents calmes, Zahak devait les nourrir chaque jour avec des cerveaux humains.

ncr-iran.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *